Rose vent

AFF CINE 700


rose vent

L'histoire débute ainsi 

''Nous sommes en 2044 dans la commune de Bar-le-Duc en région Lorraine. La vie est redevenue étrangement simple et calme. L’épuisement des énergies fossiles, l’arrêt du nucléaire, la raréfaction de l’eau potable ont modifié les modes de vie.

Maxime Grévant, photographe de profession, termine sa séance de vélotricité, rue du Tribel. Chargé de photographier les éoliennes pour une campagne de parrainage, il observe des anomalies dans la gestion de l’énergie produite par ces géants générateurs d’électricité. Sa curiosité le pousse à enquêter…''

Regarder la bande annonce

 

Le contexte : le monde des années 2040

Le monde du film est tel que celui où nous vivons.

L’ère des énergies fossiles est révolue. Les voitures sont présentes mais immobiles. On n’a pas encore réussi à s’en débarrasser. Un nouveau métier est né : démolisseur de parking.
La question de l’énergie participe du mode de vie. Les comportements se sont adaptés à la pénurie. Les vêtements sont fonctionnels et pas trop chers. On a recyclé tout ce qui pouvait l’être. L’eau est devenue plus rare, on l’économise.
Il n’y a plus de production de déchets nucléaires, plus d’entrée de matériaux, le labo de Bure est fermé.
Les éoliennes sont partout. Celui qui en détient la clé détient le pouvoir. Derrière les enjeux de pouvoir, il y a des enjeux d’argent.
Des producteurs d’énergie clandestins pallient la pénurie en bricolant leurs propres moyens de production. Des bricoleurs en profitent pour organiser une vente « sous le manteau ».
L’information est le monopole de la chaîne unique qui diffuse les informations entre deux films pseudo-écologiques ou deux divertissements faciles. Des écrans sont installés dans tous les lieux publics, mais pas dans les lieux privés pour des raisons d’économie d’énergie.
Des usines d’énergie solaire existent, la production reste très contrôlée et du ressort du collectif. Elle est limitée à des usages publics.
Chacun est équipé d’une montre électronique dont la fonction cachée est la collecte d’informations et de données personnelles. Elle mesure aussi la dose de radioactivité reçue depuis le début de l’année. La même pour tout le monde.
Elle sert de boîtier de liaison entre l’individu et un grand serveur de données. Elle comptabilise son activité, sa production d’énergie, sa consommation d’eau et d’électricité.

Avec

Francis Charuel
Géraldine Ecosse
M'Hamed Belhanda
Dominique Girot
Richard Varinot
Claire Genèvre
Alexis Bongrain
Soline Charuel
Ronan Richier
Michel Beaudoin
Frédéric Ciszewski
Géraldine Klein
Anne Dutriez
Emmanuel Parendet
Marguerite Poirier
Emmanuel Kergal
Michel Charbey
Pierre-Em. Fievet
Florian Varin
Yves Langlois
Solène Ouafiq-Vallet
Marie-Claude Genèvre
Guylaine Depernet
Jean-Claude Sujet

Max
Juliette
Jason
Gérante Vélotricité
Victor
Gueule d'Ange 1
Gueule d'Ange 2
Sylvette
Sylvain
Grand-Père
Eole 1
Eole 2
Chef Groseilles
Apnéiste
Géo 1
Géo 2
Voisin
Jeune Voyou 1
Jeune Voyou 2
Client Vélotricité
Ouvrière Groseilles
Ouvrière Groseilles
Cliente Vélotricité
Accordéoniste

Équipe de réalisation :




Prise de vue, étalonnage :
Mixage :
Musique Originale :
Annonces Publicitaires :
Chanteur Comptines :
Narratrice Voix Off :

Durée :

André Aubertin
Georges Barbier
Jean Errard
Jean-Pierre Hélas
Michel Simon

Kamel Maad
Yvon Krupp
Sylvain Oudot
Martine Médard
Justin Hélas
Patricia Legay-Trungel

50 mn

Ce film de fiction de 50 minutes a été entièrement tourné à Bar-le-Duc et dans ses environs. Expressions a produit ce film en mobilisant 200 personnes qui ont apporté leur bonne volonté pour faire aboutir ce projet. Les acteurs, les figurants, les techniciens sont des bénévoles meusiens.

La préparation, le tournage et le montage de ce film se sont déroulés sur 4 années.

Expressions s’appuie sur les cinémas de Meuse pour la diffusion.

AFF CINE R700