Thiébaut CHAGUÉ

Céramiste

place de l'église, 88100 Taintrux - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Thiébaut Chagué a été l'invité de l'association Expressions de mars à juin 2013 pour une résidence de création artistique. CHAGUE085 160

LE CIEL

C'est un projet qui s'inscrit dans la continuité, une itinérance entamée depuis quelques années pour réaliser in situ des œuvres monumentales sur le lieu même où elles seront ensuite exposées...

 


creditphoto0

L'ENJEU

L'importance de l'enjeu est de fondre et prolonger l'extérieur vers l'intérieur. Faire, donner à faire ; qui travaille de ses mains connaît la relation privilégiée qui unit l'esprit et la main. Conférer la possibilité au plus grand nombre d'assister à la conjoncture finale de la transformation de la matière par le feu c'est intégrer l’œuvre et le lieu pour qu'elle fasse sens au regard de la communauté, de la société. Ma préoccupation intègre dans le processus une relation directe entre l'artiste et le public, c'est une mise à nu. Elle oblige, ce faisant, à se dépasser, à s'oublier. Au vu de tous il ne s'agit pas d'être en représentation ; au vu de tous on est seul avec soi-même. Seul avec sa peur au ventre il n'y a pas d'autre alternative que l'action et tout le reste autour disparaît.

La création LE CIEL me permet de prolonger un travail et vient répondre à ENFER réalisé en 2011 à Saint-Dié des Vosges. L'exposition au Centre d'Art Espace Saint Louis à Bar-le-Duc réunit ces deux œuvres. Le ciel et l'enfer sont d'abord des états de l'âme. Ainsi le Transi de Ligier Richier, son cœur tendu à bout de bras, est symbole de résurrection. Tendre son cœur vers le ciel, le mouvement transcende l'idée cœur symbole vivant, centre du cosmos. Mais aussi le cœur au centre et à l'essence unique de l'être cherchant la lumière en lui-même.

L'OEUVRE

Je veux pour LE CIEL donner le sentiment que la pièce (trois mètres) est en lévitation, la structure en métal est constituée d'un tripode duquel est suspendue la pièce en céramique. La ligne et l'aspect de la partie métallique haute d'environ six mètres sont aériens tandis que celui de la terre traduit le sentiment de la masse dégagée de la gravitation.

La forme céramique a évolué, elle ne reprend plus exactement celle de ENFER qui est une sorte de corne d'abondance. LE CIEL est un fuseau divisé en deux alvéoles longitudinales. Cette forme découle directement de celle des « Vases Communicants » sorte de cocon ouvert aux deux extrémités et inspiré pour son aspect alvéolaire par la forme des éponges végétales appelées luffa. Il en résulte un aspect organique qui peut évoquer celui d'un cœur. Sans doute le flux du feu tel que je l'ai envisagé pour la cuisson n'y est pas fortuit.