Pascale DELARGE,plasticienne

 

Glaneuse de fragments

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

"En découvrant la radiographie du corps de son enfant à naître, imbriqué dans son propre corps, Pascale Delarge est devenue poète. "D'ici à demain, être au plus juste", se dit-elle. Chacune des vies silencieuses qu'elle met en scène s'inscrit dans la tradition des vanités, héritée de la peinture classique occidentale. Côte à côte, ombres de squelettes et plis de robes virginales évoquent la condition humaine.

 creditphoto0

Pascale cultive, la métamorphose. Elle s'applique à multiplier les greffes apparemment réussies. Isoler, lisser, combiner : tel est le procédé. Elle privilégie les matières laquées, les papiers brillants, les plaques de verre, tout ce qui glace et laisse transparaître… Autant d'allégories du miracle, qui constituent également les installations que l'artiste imagine. Et comme dans nébuleuse ossature qu'elle crée avec la costumière Eléonore Daniaud, la lumière est au cœur de l'œuvre et fait vibrer la robe en suspension

"Eclore fragile beauté", écrit-elle : libérer l'infini tapi en nous, pousser les portes sans posséder les clefs… Le livre des Secrets, le roman-collage présenté pour la première fois, ne dit pas autre chose. A partir des reproductions photographiques de sites grecs antiques, extraites d'un ouvrage qu'on lui avait offert alors qu'elle avait dix ans, elle a constitué une suite énigmatique, quintessence de l'ensemble de son travail."

Françoise Monnin