Sébastien MONTAG - 2010

plasticien

172 rue Carnot - 88270 DOMPAIRE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

MONTAG03L'acte de créer par les formes et les couleurs à toujours constitué pour moi un moyen de me distancier d'une réalité immédiate. Le dialogue entre mes créations tente de mener à un questionnement existentiel mettant en relation l'art, le combat (la boxe) et la vie. Ceux-ci ayant un fort pouvoir d'interpénétration, ils me permettent de décloisonner les frontières, les milieux, les réseaux.

Les bandanas, aux motifs riches et variés, sont un accessoire de mode couramment approprié par différents groupes et reflète l'image du rebelle : rocker, gangsta, punk, rasta...

Ces carrés de tissus sont ici réappropriés par la peinture afin d'isoler certains motifs, en recouvrir d'autres, de jouer avec le fond et la forme. Cette singularisation de motifs industriels est presque annihilée lors de l'accrochage. En effet, les bandanas y retrouvent une forme tramée et se rapprochent de motifs issus d'un métier à tisser.

Ce pouvoir d'appropriation du bandana m'a mené à constituer une série de "pancartes". Le bandana est par ailleurs une façon d'afficher une appartenance à un groupe, à une idéologie et par là même de la critiquer. Une forme de résistance iconique qui nous suggère plus un phénomène de mode ou de provocation qu'une véritable contestation. Pour exemple, le portrait du Che immortalisé par le photographe Alberto Díaz Gutiérrez (alias Korda) qui est devenu un véritable motif industrialisé et profitable.

MONTAG04Le chaos ou le K.O? Lequel pourrait davantage nous interpeller sur nos situations individuelles et collectives?

MONTAG05Plusieurs séries de dessins ainsi qu'une installation viendront nous questionner sur notre manière de résister. Résister à qui, à quoi...? Restons vigilants.»

Sébastien MONTAG,  Dompaire (88)
septembre 2009